Page facebook de l'UPHF Twitter de l'UPHF YouTube de l'UPHF Instagram de l'UVHC PRO'fil : le réseau professionnel de l'Université
     

[Séminaire] TRANSMETTRE LA DANSE Organiser | Contaminer | Greffer

[Séminaire] TRANSMETTRE LA DANSE Organiser | Contaminer | Greffer‘A guinea a lesson’ sur les sutures de Kader Attia

Image credits :
Composite image made from “Traditional Repair, Immaterial Injury, 2014/2018” de Kader Attia, and “Six guineas entrance and a guinea a lesson,” New York Public Library Digital Collections. Accessed May 16, 2020. http://digitalcollections.nypl.org/items/f4ceec50-1e94-0133-1175-58d385a7b928

Cette année, le séminaire propose d’étudier des formes de la transmission en danse, entendue comme un ensemble d’actions, gestes et discours, énoncés oralement ou écrits, qui participent à la construction historique des danses et des communautés qui les pratiquent. Objet d’étude très vaste, la transmission a donné lieu à de nombreux travaux dépassant les frontières disciplinaires académiques pour penser la pédagogie, la consignation des danses, leur circulation, la restitution des danses du passé ou la création chorégraphique contemporaine.

Comme toute activité sociale historiquement, culturellement et géographiquement située, la pratique de la danse engage la production de biens matériels et symboliques qui favorisent les transmissions des danses : des pratiques et des techniques de danse ; des savoirs sur le corps et les danses ; des traces d’évènements, de rites, de divertissements, d’œuvres, de répertoires ; des transactions financières, des biens économiques ; des lieux plus ou moins spécifiquement consacrés à la pratique ou à la transmission des danses. Les activités sociales liées à la danse ont en partage la production de normes – coutumes, traditions et instruments juridiques – qui définissent les modalités d’accès des acteurs historiques aux pratiques, aux savoirs, aux institutions et collectifs qui encadrent la production des danses. Les acteurs historiques produisent ainsi des valeurs sociales, culturelles, religieuses et morales, s’échangent des représentations et des imaginaires sociaux qui s’adressent à des publics différenciés. Les modalités de transmission des danses s’appuient sur le genre, l’âge, l’origine sociale ou professionnelle, l’ethnicisation ou la racialisation des praticiens. Ces facteurs et processus contribuent à construire les notions de tradition ou d’innovation, établissent des canons culturels, catégorisent les pratiques de danse, conditionnent les appropriations et réappropriations, enfin, favorisent l’intégration ou l’exclusion des acteurs dans les communautés.

Le séminaire s’organise en forme de trois journées d’études qui privilégient l’exploration de trois axes thématiques : (1) « Organiser » qui aura pour objectif d’interroger les cadres juridiques et institutionnels qui ont pu façonner ou contraindre l’acte de transmission en danse ; (2) « Contaminer » qui portera sur la communication des danses et donnera une attention particulière à l’histoire des pouvoirs de l’imagination et à l’éloquence des gestes lors de la circulation, la réception, et la transformation des pratiques de danse hors-la-scène ; enfin (3) « Greffer », invitera à une perspective décentrée de l’histoire de la danse et proposera de réfléchir à une éthique de la (ré)appropriation des savoirs corporels (non)occidentaux, des notions d’étrangeté et d’altérité qui y sont liées.

Vendredi le 2 avril 2021 (EHESS, 54 bd Raspail – Salle 7, 75006) | ORGANISER

Lieu : École des hautes études en sciences sociales

9h00-9h15 :  Accueil des participants
9h15-9h30 :  Elizabeth CLAIRE, présentation des trois journées d’étude sur « transmettre »
9h30-10h : Emmanuelle DELATTRE-DESTEMBERG, Vannina OLIVESI, introduction au thème « organiser, instituer les transmissions »
10h-10h45 : Adrien BELGRANO (EHESS-CRH), « Danse et formation du jeune noble dans le Jehan de Saintré d’Antoine de la Sale »
11h-11h45 : Marina NORDERA (Université Côte d’Azur, CTEL), « Éléments pour une approche micro-historique de la transmission du métier de danseuse au cours du long XVIIIe siècle »

Discussion (11h45-12h30)

14h00-14h15 :  Accueil des participants
14h15-15h00 : Bénédicte JARRASSE (Paris III Sorbonne Nouvelle), « Généalogies réelles, généalogies imaginaires : l’invention d’une mémoire chorégraphique dans les écrits sur la danse au XIXe siècle »
15h-15h45 :  Léa WEILL (Ecole des Chartes et UPHF), « Transmettre l’idée de prestige culturel de la France par le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris sous l’Occupation (1940-1944) »
16h00-16h45 : Sylvie JACQ-MIOCHE (École de danse de l’Opéra national de Paris), « Perspectives et enjeux de la vulgarisation en matière d’Histoire de la danse »

Discussion (16H45-17h30)

Vendredi le 7 mai 2021 (EHESS, 105 bd Raspail – Salle 7, 75006) | GREFFER

Lieu : École des hautes études en sciences sociales, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 7.

9h30-9h45 :  accueil des participants
9h45-12h00 :  Discussion atour d’une sélection de textes  avec Elizabeth CLAIRE, Mariem GUELLOUZ, Isabelle LAUNAY et l’équipe d’animation des JEs.

13h30-14h15 :  Adham HAFEZ, (NYU Performance Studies), « Département de déformation de la danse »
14h15-15h00 :  Chantal LOÏAL, Cie Difé Kako, « La greffe comme acte de transmission : discussion autour de la recherche chorégraphique de Chantal Loïal »
15h30-16h15 :  Cécile BUSHIDI, Yale University, “‘European dances’ in colonial Kenya, 1920s-1950s: dissent, adaptation, and transformation of the foreign” (présentation en anglais)
16h15-17h00 :  Anurima BANERJI, UCLA Department of World Arts and Cultures, “The Imperialist Politics of Genre: Problematizing the ‘Classical’ in Indian Dance,” (présentation en anglais)
17h00-18h00 :  Débat et discussion de clôture des JEs.  

Vendredi le 21 mai 2021 (EHESS, 54 bd Raspail, 75006) | CONTAMINER

Lieu : École des hautes études en sciences sociales, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle BS1_28.

9h00-9h15 :  Accueil des participants
9h15-9h45 :  Elizabeth CLAIRE & Roberto POMA (UPEC), Introduction sur la notion de la contagion en danse, l’exemple du vertige”
9h45-10h45 :  Béatrice DELAURENTI (EHESS, CRH), « La contagion du bâillement et le pouvoir de l’imagination »
11h00-12h30 :  Gregor ROHMANN (Univ. Frankfurt), “With or without contagion: Dancing Mania before and after the 1518 outbreak” (présentation en anglais)

14h00-15h30 :  Alessandro ARCANGELI (Univ. de Vérona), “On the archaeology of the notion of dancing mania: of Tunisian women, and other stories” (présentation en anglais)
15h45-17h15 :  Thibaut JULIAN « Avant/après : l’imagination contagieuse du spectacle théâtral, de Diderot à Talma »

Discussion

Inscription obligatoire : http://listsem.ehess.fr/courses/368/requests/new

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site https://ahcdanse.hypotheses.org/

Contact : endansant.anr [at] uphf.fr

Organisation

  • Elizabeth CLAIRE (CNRS, CRH)
  • Emanuelle DELATTRE-DESTEMBERG (Univ. Valenciennes)
  • Marie GLON (Univ. de Lille)
  • Mariem GUELLOUZ (Univ. de Paris – Descartes)
  • Vannina OLIVESI (EHESS, CRAL)