Page facebook de l'UPHF Twitter de l'UPHF YouTube de l'UPHF Instagram de l'UVHC PRO'fil : le réseau professionnel de l'Université
     

[THESES] Ils ont soutenu en 2020

Frédéric Allemand - sous la direction de Stéphane De La Rosa, Professeur de droit public (UPEC)

Frédéric Allemand« Le régime juridique de la dette publique en droit de l’Union européenne »

Membres du jury

- Valérie Michel, Professeure des Universités, Université d’Aix Marseille
- Bruno de Witte, Professeur des Universités, Université de Maastricht
- Jean Victor Louis, Professeur émérite, Université Libre de Bruxelles
- Francesco Martucci, Professeur des Universités, Université Paris II
- Herwig Hofmann, Professeur des Universités, Université du Luxembourg
- Stéphane de La Rosa, Professeur des Universités, Université Paris-Est Créteil (UPEC)


Réalisée sur travaux, cette thèse s'inscrit dans la continuité de recherches conduites par l'auteur sur l'Union économique et monétaire (UEM) depuis plus de dix ans.
Expression des besoins financiers croissants de l'Etat, la dette publique fut longtemps une affaire d'intérêt national. Sa mise en marché et sa diffusion internationale au tournant des années 1980, puis l'établissement de l'UEM pendant la décennie suivante modifent radicalement cette perspective: la dette de chaque Etat membre devient aussi une question d'intérêt commun. Saisie entre son origine nationale et sa portée européenne, la dette publique fait l'objet d'un encadrement juridique double. La compétence conservée par les Etats membres en matière de politique économique est encadrée procéduralement par un régime juridique européen. Les prohibitions sur les modalités de financement des Etats retenue dans le traité de Maastricht (clause de no bail-out, interdiction de financement monétaire notamment), ainsi que le régime de coordination des politiques économiques fournissent à l'Union les ressources nécessaires à un encadrement juridique toujours plus étroit de la dette publique, de sa naissance à son extinction. En filigrane, la thèse interroge la possibilité d'un dépassement de la compétence des Etats membres à l'égard de leurs dettes et la possibilité d'une socialisation de celles-ci.

Grégoire Tortosa - sous la direction de Marc Galochet, Professeur de géographie (UPHF)

Grégoire Tortosa« Mobilité urbaine et transition écomobile dans les villes de Norvège : Oslo et Tromsø »

Membres du jury

- Xavier Bernier, Professeur des Université, Université Sorbonne
- Harri Veivo, Professeur des Université, Université de Caen Normandie
- Elodie Castex, Maître de conférences HDR, Université de Lille
- Marc Galochet, Professeur des Université, UPHF
- Frédéric Héran, Maître de conférences HDR, Université de Lille
- Pierre Zembri, Professeur des Université, Université Gustave Eiffel


En passant du paradigme de la « ville automobile » à une approche urbaine « omnimodale », ouverte à tous les modes de transports, les villes norvégiennes sont entrées dans une phase de transition écomobile. Celle-ci s’inscrit dans un changement de paradigme urbain, plus vaste, en passant du modèle de l’urbanisme moderne au projet de la ville durable. Cette thèse remonte aux origines historiques de la transition et tente de comprendre comment elle s’inscrit et se diffuse dans les territoires urbains norvégiens. L’étude propose une reconstitution des politiques publiques urbaines d’aménagement et de transport, au service de la transition, à l’échelle du pays et de deux de ses grandes villes, Oslo et Tromsø. L’évolution des pratiques de mobilité urbaine est appréhendée, à différentes échelles, à travers une étude statistique, complétée par un travail d’observation, réalisé à Oslo et Tromsø, dont l’objectif est d’analyser la traduction spatiale de la transition, dans l’espace public.