Page facebook de l'UPHF Twitter de l'UPHF YouTube de l'UPHF PRO'fil : le réseau professionnel de l'Université
     

Présentation de l’Unité de Recherche DeScripto

Historique

L’Unité de Recherche DeScripto a été créée par un vote à l’unanimité en Conseil de la Recherche du 9 décembre 2019 suite à la dissolution du CAHISTE et à l’intégration partielle de ses membres au sein de l’Unité de Recherche CRISS (Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences de la Société).

L’EA 4343 - CALHISTE (Culture, Arts, Littératures, Histoires, Sociétés et Territoires Etrangers) de l’Université Polytechnique Hauts-de-France était née de la fusion de deux EA, le CAMELIA (qui regroupait principalement des chercheurs en lettres et en arts), le CRHiCC (composée principalement d’historiens, de géographes et de linguistes rattachés aux 11ème, 12ème sections du CNU) et le CRESLE (14e section).

Cette EA avait reçu l’aval ainsi qu’un soutien financier de son université de rattachement dès septembre 2007, puis une accréditation du Ministère en juillet 2008 (classement A).

Le choix d’un regroupement avait été dicté par deux considérations : d’une part, dans un contexte régional fortement concurrentiel, une volonté de donner aux membres de l’équipe un ancrage fort au sein de l’Université Polytechnique Hauts-de-France ; d’autre part, un souci de dépasser le travail en sections disciplinaires qui avait prévalu jusqu’alors et de développer un projet de recherche s’appuyant alors sur cinq axes interdisciplinaires.

Le laboratoire CALHISTE a été expertisé en novembre 2008 (classement B). Tout en reconnaissant le dynamisme de la direction et de la nouvelle équipe, le comité d’évaluation s’interrogeait sur « l’organisation du projet scientifique » : sa subdivision en cinq axes, qui, tout en laissant « à chaque collègue la possibilité de se rattacher à tel ou tel projet au gré de ses intérêts du moment » pouvait, au terme du quadriennal, rendre difficile l’établissement d’un bilan axe par axe, et donner le sentiment d’une dispersion potentielle.

Suite aux recommandations du comité d’évaluation, et prenant en compte arrivées, mutations et départs à la retraite de collègues, l’équipe a pris acte du nombre d’axes trop élevé. Une assemblée générale du CALHISTE a été organisée en novembre 2009 pour élire une nouvelle direction et un nouveau conseil de laboratoire (cf. annexe 4, organigramme fonctionnel), pour retravailler le projet scientifique et le resserrer autour des trois axes qui l’animent aujourd’hui.

Il a été également décidé, pour permettre l’intégration de nouveaux collègues, que l’intitulé de l’équipe, sans rien changer au sigle, soit désormais Cultures, Arts, Littératures, Histoire, Imaginaires, Sociétés, Territoires, Environnement.

Localisation

L’Unité de Recherche DeScripto est localisée sur le site principal de l’Université Polytechnique Hauts-de-France : sur le campus de Mont Houy – Bâtiment Matisse au 1er étage.

Champ de recherches

L’Unité de Recherche « DeScripto - L’ob-scène : praxis des écritures et des imaginaires » rassemble un nombre très important, peu commun, de disciplines des Sciences Sociales et Humaines puisque 12 des sections du CNU sont représentées : 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 18, 19, 22.

DeScripto se concentre sur l’étude théorique et pratique des dispositifs de présentation/représentation de toutes les formes d'écriture ou d'énonciation (signes linguistiques, iconiques, vocaux, corporels) à valeur esthétique ou non. Il entend interroger, depuis des processus d'ex-pression, mise en scène, transmédialité, transgénéricité ou traduction, ce qui les rend possible, les motive, les contraint, et les constitue comme des lieux de mise en crise ou la présentation faisant retour sur elle-même dans la représentation prend le risque de se défaire.

On s’intéressera au processus de création et à la dimension éthique en examinant dans les œuvres littéraires et artistiques une certaine spectacularisation de l’ob-scène (l’excès, l’abject) par opposition à la norme qui tend vers l’imposition du politiquement correct, voire de la censure ou auto-censure. Il s’agit d’examiner interroger les rapports dialectiques entre textes, espaces visuels, le corps et les discours qui soutendent les modalités d’une telle instauration.

La dimension du numérique, un des axes majeurs de l’établissement constituera un des creusets de la recherche. Les membres de l’unité souhaitent ainsi œuvrer dans les axes déployés autour des récits de l’hyper-humain en travaillant sur les récits et les pratiques artistiques et sociales, les identités, les représentations (arts visuels, arts de la scène, chanson, textes littéraires, des œuvres qui façonnent notre imaginaire et des objets de recherche majeurs).

Les méthodes et approches seront celles issues de la littérature, des sciences de l’art, de l’anthropologie, de la sociologie et de la philosophie. Il s’agit, dans une perspective interdisciplinaire et transdisciplinaire, de proposer une pensée de la création, d’analyser et de reconsidérer les récits, les imaginaires et les représentations, leurs constructions mais aussi déconstructions, et les problèmes éthiques que cela pose. Cette prise en considération devrait déboucher sur une nouvelle manière de concevoir des protocoles et de nouvelles applications pour les industries culturelles et créatives, les milieux industriels et les domaines de la santé (les questions du handicap).

Tout en valorisant une praxis des langues, des voix, des corps en œuvre(s) DeScripto sera attentif à une perception et une reconsidération du monde, une pensée et une éthique de la création et le dessein humain.