photo SHERPA

SHERPA

Le simulateur de conduite SHERPA (Simulateur Hybride d’Etude et de Recherche Pour l’Automobile) est utilisé principalement pour des projets de recherche impliquant le développement et le prototypage de systèmes coopératifs d’aide à la conduite.

Présentation

Le simulateur de conduite SHERPA est utilisé principalement pour des projets de recherche impliquant le développement et le prototypage de systèmes coopératifs d’aide à la conduite. Il a été installé au LAMIH en septembre 1997, initialement dans le cadre d’un partenariat avec le constructeur PSA Peugeot Citroën (devenu Stellantis). Il a été utilisé pour de nombreux travaux visant globalement l’amélioration de la sécurité routière :

  • Détection d’états dangereux pour le conducteur tels que l’hypovigilance ou la distraction ;
  • Estimation de la charge de travail du conducteur ;
  • Etude de situations de conduite spécifiques potentiellement dangereuses : conduite monotone, dépassement sur autoroute, …
  • Comportement biomécanique du conducteur en situation de pré-crash ;
  • Evaluation d’aménagements routiers ;

Développement et prototypage de systèmes coopératifs

Actuellement, le simulateur est utilisé pour le développement et le prototypage de systèmes coopératifs d’aide à la conduite, dans le cadre de projets de recherche liés à la « conduite automatisée » : projets ANR ABV « Automatisation Basse Vitesse », COCOVEA « Coopération Conducteur - Véhicule Automatisé », AUTO CONDUCT « Adaptation de la stratégie d’automatisation du véhicule autonome aux besoins et à l’état du conducteur ». Ces travaux sont conduits par des équipes pluridisciplinaires propres à chaque projet, composées d’automaticiens, d’informaticiens, de mécaniciens et de psychologues.

Une plateforme en constante évolutions

Depuis son installation initiale en 1997, le simulateur SHERPA a subi de nombreuses évolutions visant à améliorer son réalisme et à répondre aux besoins des projets de recherche. 

Sa configuration actuelle est la suivante :

  • Scène routière « haute définition » sur 240° via 5 vidéoprojecteurs laser LCD WUXGA (Epson EB-L1100U) ; les 3 rétroviseurs sont également opérationnels
  • Base mobile 6 axes Bosch Rexroth
  • Suite logicielle SCANeR Studio de chez AVSimulation (utilisée par Renault et Stellantis)
  • Cabine équipée d’un bus CAN permettant le « hardware-in-the-loop »
  • Prototypages logiciels sous Matlab/Simulink, RTMaps ou C++

Le montant total des investissements s’élève à 1 M€, les principaux financeurs étant la Région Hauts-de-France, l’Etat, le FEDER et également la fondation MAIF pour l’installation initiale.

A lire aussi